PHOTOMOGRAPHIE

Merci mon fils

Hier matin, l’ainé me dit d’un air sérieux et confidentiel : papa j’ai un secret à te dire.

Je me méfie des secrets, depuis que j’ai découvert que son frère parlait en codé dans ses secrets (cf article précédent avec son « le camion poubelle est passé, la porte » et autre « le panda, papa pingouin »), ce ne sont pas des secrets mais des énigmes!

Bref je prête toute de même une oreille bienveillante (vous savez cette fonction paternelle qui ne s’active qu’à la naissance, celle qui permet d’écouter sans vraiment entendre (à ne pas confondre avec la fonction « belle mêre » qui elle entend sans même écouter) et coordonne la bouche pour pouvoir émettre des sons synchronisés « mais c’est super mon chéri…. vraiment?… C’est toi le plus fort » tiens je me demande si les femmes à l’égard de leur conjoint n’ont pas développé cette même capacité…)), et il me glisse: « papa tu es encore beau ».

Bon, ok, ça signifie que mon fils me trouve beau, si je vois le verre à moitié plein, ce qui est cool et j’aurais pu m’arrêter là. Sauf que ce « encore », là, comme ça, à cet endroit, ça prouve que mon fils a remarqué que je commence déjà à me faner, que ça risque de me déprimer, et il se veut rassurant, mais un peu comme avec votre grand mère à qui on dit la veille de son infarcuts « allons mamie tu nous enterreras tous ».

Je suppose que pour vous parents, la naissance a eu son lot de révélations, pour moi l’une d’entre elles était la suivante: mes parents n’ont pas toujours été parents. OK je vous vois venir, gros scoop, tiens, ils ne sont pas nés avec leurs enfants ahahah quel couillon. Non mais sérieusement, le fait d’être devenu père, j’ai vraiment pris conscience que mes enfants me verraient toujours comme j’ai vu mes parents: comme des parents. Je ne les ai pas connu avant moi, jeunes et fous, libres. Et quand mes parents me disaient « on sait ce que c’est on a été jeunes » je me disais que mes parents me mentaient ils avaient toujours été vieux. Du coup mon fils pense que j’ai toujours été flétri. Ah les gamins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *