PHOTOMOGRAPHIE

Le « Genre » et son déterminisme pour l’enfant

Je sais qu’il y a des gars qui réagissent parfois en machos inquiets de voir leurs fils jouer avec une Barbie, demander un poupon pour sa fête ou s’habiller en fille. Notre ainé, passé par certains après-midi de population de son âge majoritairement féminine, a donc eu une phase d’essayage de robes de princesse (vers 2-3 ans) qu’on a trouvé amusante, avec poussage de carrosse bébé dedans. Nous n’avons ni interdit ni encouragé dans un sens ou dans l’autre.

Pourtant l’éducation est un tout et ne se limite pas à la sphère familiale stricto senso (le premier cercle, parents et enfants), elle se nourrit des influences de la garderie à cet âge, les jeux des autres amis, les jouets, ce qu’ils voient, regardent à la TV, entendent de la bouche de ceux qui ont des grands frère ou grandes soeurs déjà en âge de fréquenter l’école. Nous n’avons pas de TV, et les seules utilisations de vidéo sur laptop ont été très ciblées et chaque dois sont âprement négociées (oui dictateur parental est ma seconde nature), autant dire que l’influence de ce côté là se situe plutôt en aval qu’en amont (i.e. ils collectent des noms de séries ou personnages à la garderie et veulent ensuite regarder, et non l’inverse), du coup la diversité est assez faible mais nous trouvons ça bien comme ça. C’est d’autant plus intéressant pour l’étude comportementale que ce qu’ils demandent nous permet de voir directement l’impact des autres amis de la garderie. Ainsi vers 4 ans et demi, l’ainé a commencé à parler de « Transformers », puis souhaité en avoir. Finies les robes de princesses, du moins tant qu’on ne verra pas un autobot ou un decepticon se métamorphoser en carrosse qui tire des missiles.

Tout ça pour en arriver au point de ce matin, en posant le postulat que nous n’avons pas cherché par tous les moyens à orienter le genre des activités ludiques des enfants: l’ainé m’expliquait, ce matin donc, qu’il y avait une fille chez les tortues ninja. La journaliste me semble t il, mais il a insisté en expliquant que non c’était une des tortues ninja qui était une fille car elle portait du mauve. Quand je lui répondais que les 4 tortues étaient des garçons, il m’a répondu que les filles portent du mauve et du rose parce qu’elles aiment ça et que les garçons portent le reste (qu’il a commencé à énumérer), j’ai été surpris en me demandant comment il était arrivé des robes de princesse à cette conception des couleurs. Entendons nous je ne m’attendais pas à l’entendre réclamer un nouveau pantalon rose, mais de là à se montrer catégorique, on voit là l’influence qui nous échappe à nous parents: le monde extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *